Pompe à chaleur air/eau : comment ça marche ?

Pompe à chaleur

Publié le : 12 octobre 20227 mins de lecture

Les pompes à chaleur sont les équipements de chauffage de dernière génération parmi les plus performants du marché. C’est bien simple : les performances de ces appareils sont sans équivalents, et les appareils de chauffage utilisant régulièrement du combustible fossile (comme les chaudières au gaz ou au fioul) ne peuvent rivaliser. Pour autant, sachez qu’il existe plusieurs modèles à découvrir en fonction de vos besoins. Ci-dessous, nous allons voir en détail le fonctionnement de la PAC air/eau, la plus répandue sur le marché à l’heure actuelle.

La PAC, une technologie performante ?

Si la pompe à chaleur est si performante, c’est parce qu’elle emprunte régulièrement à son environnement direct une énergie à la fois gratuite et inépuisable. Cette énergie est présente à la fois dans l’air, dans l’eau ou dans le sol pour les modèles de PAC géothermique. Ce faisant, vous profitez d’un confort intérieur équivalent à celui de n’importe quel équipement de chauffage, sans avoir besoin d’exploiter les énergies fossiles comme le gaz ou le fioul ! Et, bien sûr, vous réalisez une économie d’énergie annuelle incomparable. Pour en savoir plus à ce sujet, on pourra visiter le site quelleenergie.fr, qui donne généralement de bons conseils pour entamer votre projet de rénovation énergétique. De plus en plus, les pac sont installées dans les constructions neuves. Mais on peut également les trouver en rénovation, dans le cadre d’une réhabilitation thermique du bâti. Le modèle de pompe à chaleur air eau est celui qui se vend le mieux : ainsi, et rien que sur l’année 2021, les ventes de cet équipement ont connu une augmentation spectaculaire de 65% par rapport à l’année précédente.

Le fonctionnement particulier de la PAC air-eau

Concrètement, la pac air-eau utilise les calories présentes dans l’air ambiant pour chauffer votre logement. Grâce à une unité extérieure (positionnée à un endroit stratégique à proximité immédiate de votre domicile), cette énergie totalement gratuite et inépuisable est rapatriée jusqu’à une unité intérieure, par l’entremise d’un fluide frigorigène. Cette énergie nouvelle est ensuite acheminée vers vos émetteurs de chaleur (vos radiateurs ou votre plancher chauffant, par exemple) ainsi que vos différents points d’eau. Vous l’aurez compris : la pac air-eau est l’équipement optimal si vous souhaitez obtenir de la chaleur dans chacune de vos pièces, et si vous souhaitez produire en même temps de l’eau chaude sanitaire. Si vous souhaitez obtenir à la fois de la chaleur et de l’eau chaude, vous éviterez d’investir dans une pac air-air, exclusivement destinée à produire de l’air chaud ou froid selon les saisons. De la même façon, si vous disposez de radiateurs haute température (55 à 70°C), il vous sera conseillé d’investir dans un modèle de pac air-eau haute température.

Quelles sont les performances réelles de la PAC air-eau ?

D’une manière générale, les pac sont réellement plus performantes que les chaudières traditionnelles. Une chaudière au gaz à condensation dispose en moyenne d’un rendement équivalent à 110% maximum – ce qui donne un coefficient de performance supérieur à 1. Les pac les plus performantes disposent quant à elle d’un COP équivalent à 3, et certains modèles sont capables de grimper jusqu’à un indice de 4, voire 5 pour certains modèles de pompe eau-eau ! Mais comment est-il possible d’atteindre un rendement supérieur à 100% ? Grâce à un astucieux tour de passe-passe technique. En effet, les appareils les plus récents fonctionnent régulièrement à l’aide des énergies renouvelables, ou en recyclant certains produits de la combustion pour les réinjecter ensuite dans le circuit (comme ce peut être le cas par exemple avec les chaudières au gaz à condensation). Ce qui permet d’augmenter considérablement leurs performances – et donc, leur coefficient ! Ainsi donc, le COP d’une pac air eau se situera généralement autour de 3 : il s’agit du rapport mathématique entre l’énergie thermique produite avec l’énergie électrique consommée – car, bien sûr, une pac n’est pas 100% autonome, et doit être branchée sur le réseau électrique afin de permettre l’acheminement du fluide frigorigène vers l’évaporateur. En d’autres termes, plus le coefficient de la PAC est haut et plus la pac sera efficace.

Comment installer une PAC air-eau en rénovation ?

Si vous venez de faire construire votre maison, vous n’aurez aucune difficulté particulière à poser une pac de dernière génération. Il vous faudra « simplement » disposer d’un réseau hydraulique connecté à des émetteurs de chaleur comme des radiateurs ou un plancher chauffant. En revanche, dans le cas d’une rénovation, les choses auront tendance à se compliquer légèrement. Deux solutions s’offrent à vous : vous pouvez choisir d’installer une pac air-eau, en appoint d’une chaudière déjà existante, ou choisir de substituer directement votre chaudière. Dans ce dernier cas, vous serez probablement obligé de changer les émetteurs dispersés dans votre maison. Votre artisan sera de toute façon contraint de réaliser un état de l’existant, afin de constater la faisabilité ou non du projet. Si vous disposez déjà d’une chaudière performante, mais que vous souhaitez réaliser une économie d’énergie plus importante encore, il peut être utile de « coupler » une pac avec l’existant. En effet, les performances d’une pac air-eau peuvent rapidement décliner avec les variations extrêmes de température à l’extérieur du logement. Plus il fait froid, et plus le fonctionnement normal de votre équipement sera difficile. Celui-ci pourra même cesser de fonctionner, à partir d’un certain seuil (entre -7°C et -20°C selon les fabricants). Mais c’est véritablement le seul inconvénient des pac, qui demeurent à ce jour les appareils les plus convaincants à tout point de vue, que ce soit pour la production de chaleur ou la production d’eau chaude sanitaire.


Plan du site